Formation et qualifications professionnelles
Formation continue

Dans la Grande Région, la France a mis en place de nombreux dispositifs permettant au salarié de se libérer de ses obligations professionnelles pendant différentes périodes afin de compléter sa formation initiale.

Les actions de formation professionnelle proposées par les structures publiques ou privées sont diverses et s’adaptent au cas particulier de chacun : obtenir un premier diplôme, suivre des cours à titre individuel, faire reconnaître une expérience professionnelle… Les modes de financement et les durées d’absence s’adaptent également à chaque projet.

Les informations qui suivent sont destinées au salarié du secteur privé qui souhaite suivre une formation de sa propre initiative, afin qu’il connaisse ses droits et les possibilités existant en matière de formation en France.

VAE

Mise à jour : 27/08/2021

La Validation des acquis de l’expérience (VAE) permet à un salarié de faire reconnaître officiellement ses compétences professionnelles par l’obtention d’un titre, d’un diplôme à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualification. La certification prend en compte les expériences tirées de l’activité, les responsabilités exercées, et les compétences acquises en tant que salarié, non salarié, bénévole.

La quasi-totalité des titres et diplômes délivrés par l’Etat peuvent être obtenus par l’intermédiaire d’une VAE.

On distingue trois types de certifications :

  • les diplômes à finalité professionnelle délivrés par l’Etat : Bac Pro, BEP, BMA, BP, CAP, BTS, Diplômes d’Etat (aide-soignant, auxiliaire de puériculture).
  • les diplômes à finalité professionnelle d’organismes de formation privés, du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) ou des GRETA, diplômes d’université (DU)…
  • Les certificats de qualification professionnelle (CQP) délivrés par les branches professionnelles en leur nom propre.

Ces titres, notamment ceux des chambres consulaires, doivent faire l’objet d’un enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Conditions

Toute personne engagée dans la vie active depuis un an peut s’engager dans une démarche de VAE. La ou les activités exercées doivent avoir un rapport avec le diplôme visé.
Il est possible d’obtenir des informations sur les certifications dans des structures dédiées à la VAE, les Centres de conseil sur la validation des acquis de l’expérience.

Démarches

Le candidat à la validation doit s’informer auprès d’un Point relais conseil en VAE pour s’assurer de ses droits et faire le choix de la certification la mieux adaptée à son projet.
La liste des points relais conseil figure sur le portail de la Validation des Acquis de l’Expérience : www.vae.gouv.fr

Après un entretien avec un Point relais conseil, le candidat peut s’engager dans une VAE. Il doit déposer un dossier de recevabilité auprès d’un organisme certificateur. Selon le diplôme visé, il peut s’agir du ministère de l’Education nationale, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, le Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM), le ministère des Affaires Sociales et de la Santé, etc.

Liste complète sur www.vae.gouv.fr
Le dossier doit être argumenté et comporter les justificatifs d’expérience professionnelle.

A savoir : Depuis le 1er janvier 2015, tout actif peut bénéficier des services d’un Conseil en évolution professionnelle (CEP) pour l’aider à construire et finaliser son projet. Celui-ci peut intervenir au sein d’un OPCO, d’un service public de l’emploi, ou un opérateur régional désigné par la Loi.

Une prestation d’accompagnement peut être proposée pour aider le candidat à élaborer un dossier de présentation de son expérience. Elle est assurée par les organismes certificateurs eux-mêmes et des prestataires publics ou privés.

Une fois l’avis de recevabilité obtenu, le candidat doit demander et préparer la validation par le jury. Le jury de validation des acquis examine si la totalité de la certification peut être acquise par l’expérience professionnelle, ou si des examens supplémentaires doivent être passés. Le candidat a 5 ans pour compléter les compétences manquantes.

Financement

Le dispositif de validation des acquis est payant : une prise en charge financière peut être accordée au salarié par l’OPCO, pour ce qui concerne la rémunération de son absence (24 heures) et pour couvrir les frais de validation.

Renseignements :

Portail de la Validation des Acquis de l’Expérience,  www.vae.gouv.fr